Le manoir Maplewood, un regard du XIXe siècle

par Marie-Christine Bonneau dans Architecture, Patrimoine | 2 commentaires
Gravure | Maplewood, Waterloo | M930.50.8.294

Gravure Maplewood, Waterloo John Henry Walker (1831-1899) 1850-1885, 19e siècle Encre sur papier - Gravure sur bois 7 x 11.6 cm Don de Mr. David Ross McCord M930.50.8.294 © Musée McCord

Le projet de la Ville de Waterloo de citer comme bien patrimonial le manoir/couvent Maplewood a soulevé l’intérêt du grand public et de la presse. Or ce n’est pas d’hier que les journaux s’intéressent au célèbre édifice, comme les deux articles qui suivent en témoignent. Le premier est publié dans le Waterloo Advertiser du 28 septembre 1865, à l’occasion de la fin des travaux de construction du manoir Foster; le deuxième paraît dans Le monde illustré, édition du 15 septembre 1894, soit une douzaine d’années après que la communauté des sœurs des Saints-Noms-de-Jésus-et-de-Marie ait acquis la somptueuse demeure et l’ait transformée en couvent.

Waterloo Advertiser, 28 septembre 1865

Nous avons récemment eu le plaisir de visiter le somptueux manoir dont le colonel Foster a débuté la construction, il y a quelques années, dans les bosquets près du dépôt de la gare de Waterloo. Cette construction a souvent été décrite dans les colonnes de notre journal et plusieurs en connaissent son apparence, son splendide emplacement et ses alentours élégants. Toutefois, ceux qui n’ont pas pu en observer l’intérieur, la maîtrise incomparable réalisée dans la menuiserie, le plâtrage des plafonds et la peinture, ne peuvent avoir qu’une infime idée du faste de la finition. La conception des dépendances est une merveille d’originalité et la finesse de la construction est tout à l’honneur de l’entrepreneur engagé par le colonel Foster, P. Lambkin.

Maintenant que la maison est presque terminée, que le son de la scie et du marteau a disparu, il ne reste que la touche de finition portée par la main habile et l’œil fin du peintre. La bibliothèque, entre autres, avec ses teintes sombres et opaques, doit ainsi sa magnificence à l’habileté de son peintre, monsieur Metcalfe. Ce dernier a su démontrer son immense talent dans ses techniques de grainage et de peinture, un savoir-faire qui se distingue dans toute la province. Quant aux travaux de menuiserie, ils ont été réalisés sous la supervision de monsieur  Lambkin, dont la renommée comme artisan de première classe n’est plus à faire : il nous serait d’ailleurs difficile de décrire la perfection avec laquelle il a réalisé ce projet. En plus d’être une fierté pour son propriétaire, ce bâtiment sera également une fierté pour tous les gens de Waterloo, et sera pour toujours le témoignage de l’audace du colonel Foster et du talent de monsieur Lambkin.

La planification et l’aménagement des commodités ne sont pas en reste dans ce projet de construction. L’eau est amenée à la maison par l’intermédiaire d’une pompe foulante et disponible dans presque toutes les pièces. Le circuit est aménagé de sorte qu’en cas d’incendie, il suffirait de quelques minutes pour submerger la bâtisse. De remarquables installations assurent également le chauffage à la vapeur de la maison et son éclairage au gaz.

Il va sans dire que nous croyons sans hésitation les connaisseurs qui affirment que la résidence du colonel Foster dépasse à tous points de vue ce qui existe dans les Cantons de l’Est, et même dans le reste du Canada. » (Traduction MCB)

Le monde illustré, 15 septembre 1894

Le couvent de Maple Wood, dont nous donnons aujourd’hui une vue, est agréablement situé sur le penchant d’une colline et à demi caché dans le feuillage d’un bosquet enchanteur, présente le plus charmant coup d’œil. Sa structure imposante, ses charmilles, ses sombres masses de rochers couverts de mousse et de verdure, ses larges allées de gravier aux contours gracieux, son jardin potager, sa source et sa fontaine aux eaux limpides et rafraîchissantes, font l’admiration de tous les étrangers qui visitent Waterloo.

Le bois d’érables qui l’entoure n’est pas artistique, c’est une petite forêt avec cet air sauvage qui charme, où sont étalés des pierres mousseuses, un gazon verdoyant au joli relief de fougère et où fleurs, plantes et arbrisseaux croissent et s’entrelacent avec cette spontanéité qui caractérise la nature.

À l’intérieur du couvent, le goût et le confort se disputent la première place. On y respire à l’aise dans ses beaux corridors ou l’œil contemple un panorama aussi varié que pittoresque qui se déroule jusqu’à l’horizon.

Ce pensionnat, dirigé par les Révérendes Sœurs du S. S. Noms de Jésus et de Marie, offre aux jeunes filles les plus précieux avantages tant sous le rapport de la santé que sous celui d’une éducation solide, utile et soignée. Le cours d’étude est suivi dans les deux langues. Rien n’est omis pour favoriser l’avancement des élèves dans les sciences ainsi que dans la pratique de la vertu.

Le voyage à Waterloo est des plus faciles : la station de Vermont Central est tout près du couvent et celle du Pacifique Canadien en est à quelques minutes de marche seulement.

Asa Belknap Foster, Waterloo et le couvent Maplewood

 

Jeunes étudiantes dans l'érablière du couvent, en 1928. (Fonds R. Parisien, SHHY)

Vers 1925, élèves dans les jardins de Maplewood. (Fonds R. Parisien, SHHY)

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

  1. claude

    le manoir est-il ouvert.
    Merci de me répondre

  2. Johanne Rochon

    Bonjour Claude,
    Les propriétaires du manoir ont annoncé son ouverture ce samedi 14 mars, dans La Voix de l’Est.
    Salutations,
    Johanne

Bienvenue à la Société d’histoire de la Haute-Yamaska.

N'hésitez pas à nous transmettre vos commentaires et restez à jour en vous abonnant au flux RSS. RSS feed.

Recherchées

Nous sommes à la recherche de photos illustrant la vie d'autrefois pour notre prochain volume, Un passé en héritage. Les photos retenues pour la publication mériteront un volume gratuit à leurs propriétaires.
Granby
Roxton Pond
Saint-Alphonse-de-Granby
Sainte-Cécile-de-Milton
Saint-Joachim-de-Shefford
Shefford
Warden
Waterloo

Nous serons fermés:

Les 26 juin et 3 juillet

Vacances d'été
Du 10 au 21 juillet

Notre page Facebook

S'abonner à l'infolettre

Catégories