Équipe de rédaction

Mario Gendron Mario Gendron

Historien de la Société d’histoire de la Haute-Yamaska depuis les débuts des années 1980, Mario Gendron détient une maîtrise en histoire du Québec (UQAM-1987) et une scolarité de doctorat (UdeM-2009).

Parmi les ouvrages dont il a été le principal rédacteur, on trouve, entre autres titres, Waterloo, 125 ans d’histoire (1992), La MRC de La Haute-Yamaska : une histoire à découvrir (1993), Histoire du Piémont-des-Appalaches (1999-INRS), Histoire de Granby (2001), Histoire du canton de Granby (2005), Granby, patrimoine et histoire (2009) et Bromont, cinquante années de réalisations (2014).

En plus d’avoir assumé la rédaction de plusieurs rapports de recherche et de monographies, il a mis sur pied les périodiques Revue d’histoire du comté de Shefford et L’historien régional et rédigé plus de 30 textes pour le site internet de la SHHY. Il a aussi participé à la rédaction du Guide du patrimoine bâti de la MRC de La Haute-Yamaska (2015). Avec Brève histoire du cheval canadien (2010), il nous a fait mieux connaître la race patrimoniale du Québec et du Canada.

Mario Gendron s’intéresse particulièrement à l’histoire sociale et économique de Granby et de la MRC de La Haute-Yamaska.

Johanne Rochon

Employée à la Société d’histoire de la Haute-Yamaska comme recherchiste occasionnelle (1980), puis comme directrice adjointe (1994) et directrice générale (2012), Johanne Rochon est détentrice d’un baccalauréat en histoire.

Au fil des ans, elle a travaillé à la création de cahiers pédagogiques pour l’enseignement de l’histoire régionale au primaire (1983-1990), rédigé West Shefford, histoire et architecture (1991) et Bromont, le village de West Shefford au XIXe siècle (1993). Elle a participé, en tant que rédactrice et conceptrice, à la publication de : Circuit historique de Shefford (1982), La MRC de La Haute-Yamaska : une histoire à découvrir (1993), Granby, de la « Main » à la rue Principale (1995), Histoire de Granby (2001), Granby, patrimoine et histoire (2009) et Bromont, cinquante années de réalisations (2014). Elle est également la réalisatrice et une des rédactrices du Guide du patrimoine bâti de la MRC de La Haute-Yamaska (2015).

Les recherches de Johanne Rochon concernent l’impact du développement urbain sur le patrimoine au cours de la Révolution tranquille, l’évolution des structures scolaires et l’histoire des groupes communautaires et religieux. 

Cecilia Capocchi

Directrice adjointe (2012), puis directrice générale (2019) de la SHHY, Cecilia Capocchi détient un baccalauréat en histoire avec une spécialisation en histoire contemporaine (Université de Florence-2004). Elle détient également une maîtrise en histoire et politique internationale (Institut universitaire de hautes études internationales de Genève-2006).

Son mémoire porte sur un groupe d’historiens et d’intellectuels de Palestine et d’Israël, nommé Palisad, qui a tenté d’écrire une version commune de l’histoire des peuples palestinien et israélien. Elle a publié Palmer Cox, les Brownies et l’Amérique — une première synthèse en français de l’œuvre du célèbre auteur granbyen — et s’est penchée sur l’histoire du sarcophage romain, acquis par Horace Boivin en 1953 et exposé dans le parc Pelletier pendant plusieurs années.

Ses principaux champs de recherche concernent l’histoire des relations interethniques entre anglophones et francophones, l’histoire culturelle et le rayonnement international de Granby entre 1935 et 1960.

Marie-Christine Bonneau

Détentrice de deux diplômes d’études collégiales (DEC), en muséologie et  en arts, Marie-Christine Bonneau est associée, à titre de muséologue, de photographe et d’assistante de recherche, à presque tous les projets mis sur pied par la SHHY depuis deux décennies.

Plusieurs des textes qu’elle a publiés dans L’historien régional ont pour sujet l’art public à Granby, qu’il s’agisse des vitraux de Guido Nincheri (église Notre-Dame) et de Madeleine Ferron (édifice provincial), de la murale de Pellan (cégep de Granby), des totems amérindiens du zoo ou de la fontaine Wallace. Marie-Christine Bonneau s’intéresse aussi à l’étude du patrimoine, à l’histoire des métiers et professions et à l’évolution des habitudes de vie des habitants de la région.

René Beaudin

René Beaudin est associé bénévolement à la SHHY depuis près de deux décennies, et ce, comme directeur et président. Détenteur d’un doctorat en médecine dentaire (1981), il s’intéresse beaucoup aux sciences humaines et à l’histoire, une soif de connaître confirmée par l’obtention d’un certificat en anthropologie (UdeM-1992) et d’une maîtrise en histoire (UdeM-1997). Son mémoire s’intitule «Les membres de la Compagnie des Cent-Associés : étude d’histoire sociale».

Les nombreux textes qu’il a publiés dans L’historien régional montrent l’éclectisme de ses intérêts : l’évolution de la pratique dentaire, le premier centre de ski en région, le hameau disparu de Mawcook, le cheval et le chemin de fer, les ponts couverts de la Haute-Yamaska, entre autres sujets. Quant à son inclination pour les questions politiques, elle s’exprime dans des textes biographiques sur Georges-Henri Boivin, député fédéral, Joseph Oscar Séguin, « un homme d’influence », et Isabelle Cox, une Granbyenne épouse du premier ministre canadien Arthur Meighen. Par ailleurs, René Beaudin a assisté Mario Gendron dans le cadre de recherches portant sur la race bovine canadienne.

Richard Paré

Né à Montréal en 1949, Richard Paré fait ses études primaires et secondaires au collège Stanislas avant de compléter la terminale à la maison mère de Paris, en 1968. Marqué par les événements de mai 68, il décide de demeurer à Paris où il sera diplômé de l’Institut d’Études Politiques en 1971.

Un an plus tard, il quitte la France pour entreprendre un voyage autour du monde qui durera deux ans et lui fera découvrir des pays comme l’Afghanistan, l’Inde, le Népal et le Japon où il enseignera les langues. De retour au Québec après sept ans d’absence, il s’inscrit à la maîtrise au département d’anthropologie de l’Université de Montréal, mais laisse tomber les études pour se consacrer à l’apiculture dans le Bas-du-Fleuve. À partir de 1990, il enseigne l’anglais langue seconde au cégep de Granby Haute-Yamaska jusqu’à sa retraite, en septembre 2009.

Siégeant sur le conseil d’administration de la SHHY de 2015 à 2018, il publie en mai 2017 son premier texte à caractère historique: Le dôme géodésique du zoo de Granby: une œuvre novatrice de Paul-O Trépanier.

Abonnez-vous à notre infolettre

Articles par catégories

Notre page Facebook