Le legs d’Alfred Pellan à Granby

par Marie-Christine Bonneau dans Culture, Patrimoine | 2 commentaires

La murale St. Patrick, de l’artiste Alfred Pellan, a été réalisée en 1958. (photo Chantal Lefebvre)

 

Un avenir incertain 

Dans le cadre de la reconstruction de l’édifice de la MRC de la Haute-Yamaska, rue Dufferin, un article publié dans la Voix de l’Est du 20 février 2020 nous apprenait que la murale St. Patrick d’Alfred Pellan, installée sur la devanture du bâtiment actuel, allait être démantelée et remisée, et ce, contrairement aux plans d’origine qui prévoyaient sa réintégration dans l’immeuble à construire. 

Afin d’informer ses lecteurs sur la portée de ce geste, la Société d’histoire de la Haute-Yamaska procède ici à la republication d’un article de Marie-Christine Bonneau sur les œuvres granbyennes d’Alfred Pellan. Paru initialement dans l’Historien régional au printemps 2003, le lecteur y trouvera matière à alimenter ses réflexions sur l’avenir de la murale St. Patrick.

26 Février 2020

***

Pellan à Granby

Alfred Pellan compte parmi les artistes canadiens les plus connus. Aussi Granby peut-elle s’enorgueillir de posséder deux de ses murales, installées sur la façade du 142, rue Dufferin et celle du Cégep de Granby-Haute-Yamaska.

Né en 1906 à Québec et décédé à Montréal en 1988, Alfred Pellan est une figure marquante de l’art canadien moderne et l’un des grands initiateurs de l’art abstrait au Québec. De 1926 à la Deuxième Guerre mondiale, il s’installe à Paris où il devient vite l’enfant chéri de la critique. En 1939, sa notoriété française lui permet de participer à l’exposition Paris Painters Today, au Musée d’art moderne de Washington, en compagnie des grands maîtres de l’École de Paris, les Dali, Matisse et Picasso. De retour au Québec, il enseigne à l’École des Beaux-arts de Montréal de 1943 à 1952. Là, sa volonté de rendre l’art vivant le place fréquemment en conflit avec la tradition conservatrice de la vénérable institution. En 1948, Pellan crée aussi des remous dans la petite colonie artistique montréalaise en publiant Prisme d’Yeux, un manifeste qui exalte la liberté créatrice de l’artiste en opposition à la rigidité idéologique exprimée dans Refus Global de Paul-Émile Borduas et des automatistes. Au moment où Alfred Pellan exécute les murales de Granby, en 1958 et 1960, il est un artiste célèbre dont les œuvres ont déjà fait l’objet de plusieurs rétrospectives autant au Canada qu’en France.

La murale St Patrick

L’édifice du 142 rue Dufferin abritant les bureaux de la MRC de La Haute-Yamaska (photo Chantal Lefebvre).

Construite en 1958 pour desservir la population catholique irlandaise de Granby, l’école St Patrick (142, rue Dufferin) fut nommée d’après un saint du Ve siècle à qui les Irlandais vouent une grande dévotion. Mesurant 2,3 mètres par 3,6 mètres de hauteur, la mosaïque de saint Patrick s’inspire des enluminures irlandaises du haut Moyen Âge, que l’on peut apprécier dans le Livre de Kells, un précieux ouvrage réalisé au VIIIe siècle. Comme les artistes irlandais de l’époque, Pellan délimite les formes du visage par des traits noirs s’apparentant davantage au dessin qu’à la peinture. L’influence moyenâgeuse se remarque aussi par l’utilisation de couleurs vives, par la posture du sujet ainsi que par la forme en plein cintre qui entoure ce dernier. Dessinée par Alfred Pellan, l’œuvre fut réalisée par Claude Théberge, un ami personnel du maître.

La murale Immaculée-Conception

Le Cégep de Granby, rue Saint-Joseph (photo Chantal Lefebvre).

L’édifice qui abrite aujourd’hui le Cégep de Granby-Haute-Yamaska fut construit en 1960 pour y loger l’école secondaire pour filles Immaculée Conception, dirigée par les sœurs du même nom. Intégrée au nouveau bâtiment, la murale Immaculée-Conception fut dessinée par Alfred Pellan et réalisée par les ateliers Jacques Garnier. La « Reine des Cieux » y est représentée accompagnée des signes qui la symbolisent : l’azur, les étoiles, le blanc virginal. L’exécution de cette mosaïque de céramique d’un type nouveau, dont les dimensions atteignent 2 mètres de largeur par 3,4 mètres de hauteur, s’est révélée problématique en raison des pièces en ronde bosse (en relief) de dimensions et de poids considérables qu’elle requérait. Détérioré par l’action du gel et du dégel, l’ouvrage fut restauré en partie vers 1980.

Marie-Christine Bonneau

Marie-Christine Bonneau, « Pellan à Granby », Historien régional, vol. 3, no. 2 (printemps 2003), p. 1.

La murale Immaculée-Conception,  de l’artiste Alfred Pellan, à été réalisée en 1960. (photo Chantal Lefebvre)

Étiquettes : ,

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

  1. Manon Potvin

    Bonjour à tous,
    La préservation du patrimoine et plus particulièrement d’oeuvres d’art sont nécessaires à la transmission de l’histoire. J’ai connu ces fresques lorsque j’étais enfant et j’espère qu’elles resteront accessibles à tous.

    Après avoir travaillé 26 ans au musée du Louvre comme chef de Service des Ateliers Pédagogiques et des Visites-Conférences programmés, je sais que les publics sont sensibles à leur histoire (à la condition qu’on sache leur raconter). Merci de nous informer de la suite des événements.

    Vous pouvez compter sur moi pour vous donner un coup de main car Alfred Pellan occupe une place importante dans notre patrimoine.

    Bien cordialement

    Manon Potvin (née à Granby, mes parents ont fait construire la maison au 99 rue Vittie)

  2. Émile Roberge

    Il faut savoir conserver nos trésors… et les mettre en valeur. Non les remiser pendant de longs laps de temps.
    Ce ne sont pas toutes les villes du Québec qui possèdent des Pellan. Pourquoi ne pas organiser une tournée de nos trésors pour les citoyens de Granby. Je pense au sarcophage romain, à la verrière de Marcelle Ferron, méconnue par beaucoup de citoyens. Elle devrait être plus souvent illuminée… Et à nos anciennes églises. La beauté de Saint-Benoît, de Notre-Dame (centre et pavillon du Cégep). Etc.

Abonnez-vous à notre infolettre

Articles par catégories

Notre page Facebook