Joseph-Hermas Leclerc et la pasteurisation du lait

par Mario Gendron dans industrie, Santé | 9 commentaires

 

Joseph-Hermas Leclerc

© Joseph-Hermas Leclerc, 1877-1945. (Fonds Les Laiteries Leclerc, SHHY)

Joseph-Hermas (J.-H.) Leclerc est une figure de proue de l’histoire régionale et granbyenne, comme le souligne la désignation d’une polyvalente à son nom, en 1972. Industriel, président de la commission scolaire de Granby (1923-1934), conseiller municipal (1925-1930), maire de Granby (1933-1939) et député fédéral de Shefford (1935-1945), l’homme semble avoir mené tous les combats. Or, la réalisation peut-être la plus importante qu’il ait accomplie n’est pas d’avoir été maire ou député, mais d’avoir introduit la pasteurisation du lait à Granby en 1920, contribuant ainsi à sauver la vie de nombreux enfants.

En investissant les villes et les villages, attirés par le développement industriel, les ruraux ont gardé l’habitude de boire beaucoup de lait, un aliment nourrissant et relativement bon marché. À Granby, l’approvisionnement de la population se fait par l’intermédiaire de plusieurs laitiers qui, pour la plupart, gardent leurs vaches dans les limites de la municipalité. Au début des années 1920, on compte 28 de ces laitiers dans la ville. Le plus important d’entre eux, Joseph St-Onge, de la rue Saint-Jacques, garde dix vaches et la plupart des autres, une ou deux. Quant à J.-H. Leclerc, qui opère la Crèmerie de Granby depuis 1915, il s’approvisionne auprès des cultivateurs de la campagne environnante.

La Crèmerie de Granby

La Crèmerie de Granby, rue Centre, 1915-1922. (Laiterie Leclerc limitée, 1957, Fonds Les Laiteries Leclerc)

Mais s’il est nourrissant et peu coûteux, le lait reste un produit dangereux qui, comme l’eau, favorise la propagation des maladies et contribue de manière significative au taux alarmant de mortalité infantile. Sur 100 enfants qui naissent à Granby en 1920, 16 mourront avant d’avoir atteint l’âge d’un an, de maladies infectieuses dans la plupart des cas. Ce taux de mortalité est inférieur à celui de Montréal, mais tout de même supérieur à celui de New York et de plusieurs autres villes dans le monde. À titre de comparaison, le taux de mortalité infantile actuel du Québec est 35 fois inférieur à ce qu’il était en 1920.

C’est depuis la fin du XIXe siècle que la municipalité de Granby légifère dans le but d’améliorer la salubrité du lait. Ainsi, à partir d’avril 1896, les laitiers qui desservent le village devront faire inspecter leurs vaches par un vétérinaire compétent, l’objectif principal de cette mesure étant d’identifier et d’écarter de la production les animaux porteurs de la tuberculose bovine, transmissible aux humains. En 1912, on oblige les propriétaires à fournir un certificat attestant la propreté de leur étable. D’autres règlements municipaux, adoptés entre 1921 et 1924 et en 1939, imposent des normes d’hygiène de plus en plus sévères. Les contrevenants restent néanmoins nombreux, comme E. Bérard qui, en décembre 1921, reçoit une amende de 10 $ et voit son permis révoqué pour avoir vendu, à Granby, du lait provenant de vaches ayant été examinées et déclarées tuberculeuses.

Laiterie de Granby

© Une voiture de livraison de la Laiterie de Granby, vers 1945. (Fonds Les Laiteries Leclerc, SHHY)

Aucun règlement municipal adopté avant la Deuxième Guerre mondiale n’impose la pasteurisation, qui est pourtant la seule méthode vraiment efficace d’assurer la salubrité du lait. L’inaction des autorités s’explique par une triple résistance des citoyens face à la mesure. Ainsi, certains s’opposent à la pasteurisation sous prétexte qu’elle diminue la valeur nutritive du lait — ce qui est faux —, d’autres indiquent qu’elle change le goût du lait — ce qui est vrai —, lui faisant perdre une saveur animale qui semble appréciée, et plusieurs s’y refusent au nom de la liberté d’entreprise. Seul J.-H. Leclerc aura le courage d’adopter la pasteurisation et d’accepter le risque financier associé à son introduction.

J.-H. Leclerc s’intéresse à l’industrie laitière depuis 1899. Avant de s’établir à Granby, en 1914, il exploite successivement des beurreries à Racine, Frost Village et Foster, période au cours de laquelle il remporte plusieurs prix pour la qualité de ses produits : la coupe pour le meilleur beurre à l’exposition canadienne nationale de 1908, la médaille d’or de l’exposition d’Ottawa en 1909, le premier prix à l’exposition de Saint-Jean (N.-B.) l’année suivante, ainsi que beaucoup d’autres diplômes, trophées et médailles.

C’est à l’automne 1914 que J.-H. Leclerc s’installe à Granby, où il construit la Crèmerie de Granby, dans la rue Centre, près de Principale. Le printemps suivant, il s’engage dans la vente de lait, de beurre et de crème et met sur pied un système de distribution moderne, comparable à celui des villes plus populeuses. En mai 1916, il achète un grand congélateur et enclenche la production de la crème glacée de marque Perfection, un produit qui allait faire la renommée de son entreprise. Dans les publicités qu’il fait paraître dans l’hebdomadaire local, le Granby Leader-Mail, J.-H. Leclerc insiste particulièrement sur les conditions d’hygiène strictes qui gouvernent ses opérations. Mais sans procéder à la pasteurisation, il ne peut garantir la salubrité du lait qu’il distribue, celui-ci ayant pu être contaminé par l’insouciance d’un de ses fournisseurs.

Publicité Laiterie de Granby

Publicité de la Laiterie de Granby parue dans le Granby Directory de 1930.

Contrairement à ce qu’on peut lire dans les Bâtisseurs de Granby, paru en 1959 à l’occasion du 100e anniversaire d’incorporation de la municipalité, ce n’est pas en 1915 que J.-H. Leclerc commence à pasteuriser son lait, mais bien en 1920, comme en font foi plusieurs articles du Leader-Mail. Dans l’un d’eux, paru en mars, l’entrepreneur explique longuement la procédure et les avantages de la pasteurisation, une découverte associée au nom de Louis Pasteur, mais dont l’application au lait revient à l’agrochimiste allemand Franz von Soxhlet (1848-1926), en 1886.   Après qu’on ait fait le constat que le lait est largement responsable du taux élevé de mortalité infantile dans les villes, J.-H. Leclerc explique comment l’application de deux procédés spécifiques, la clarification et la pasteurisation, enraye la propagation des maladies infectieuses.  Tandis que la clarification nettoie le lait de ses impuretés grâce à une technique qui s’apparente à la filtration de l’eau dans les aqueducs, la pasteurisation, qui consiste à chauffer le lait à 63 Celsius (145 Fahrenheit) pendant 20 minutes, puis à le refroidir rapidement et à le maintenir constamment à cette basse température, permet de détruire les bacilles de la tuberculose et de la diphtérie, la bactérie du choléra et beaucoup d’autres micro-organismes associés aux infections gastro-intestinales chez le nourrisson. Par la suite, le lait doit être embouteillé dans des contenants stérilisés.

La Laiterie de Granby

La Laiterie de Granby, rue Victoria, en 1935 (stationnement du Palace). (The Canadian Dairy and Ice Cream Journal, Toronto, July, 1935, p. 1)

Ayant gagné le pari de la pasteurisation, comme le montre l’augmentation rapide de sa clientèle, J.-H. Leclerc se voit dans l’obligation, dès 1921, de déménager ses opérations dans la rue Victoria, où il construit un édifice en brique de 15 X 21 mètres (50 X 70 pieds)  qu’il équipe des appareils de pasteurisation et de réfrigération à l’ammoniac les plus modernes. En juin 1922, il y installe même un compresseur actionné par un moteur à vapeur afin d’être en mesure d’assurer la réfrigération de ses produits advenant une panne de courant, comme cela arrive fréquemment à cette époque. Pour financer l’expansion de son entreprise, il la transforme en compagnie par actions; par la même occasion, il en change la raison sociale pour Laiterie de Granby. Des agrandissements à l’édifice original seront effectués en 1930 et en 1942.

Élu député de Shefford en 1935, J.-H. Leclerc continue à militer en faveur de la pasteurisation du lait sur la scène fédérale, ne ratant jamais une occasion de faire la promotion de la mesure lors de ses interventions à la Chambre des communes. Lorsque la Deuxième Guerre mondiale s’enclenche, en 1939, il dirige toujours la seule laiterie de Granby à pasteuriser son lait.

Il n’est pas facile de quantifier l’impact de la pasteurisation du lait dans l’ensemble des mesures mises en place au cours des années 1920 pour contrer la mortalité infantile. À Granby, quoi qu’il en soit, le taux de décès des enfants de 0 à 1 an diminuera de moitié entre 1920 et 1930, passant de 16 % à 8 %. En pasteurisant son lait alors que personne n’osait le faire, J.-H. Leclerc a rendu un service inestimable à ses concitoyens et confirmé la place qu’il occupe sur la courte liste des bâtisseurs de Granby.

Mario Gendron

© Société d’histoire de la Haute-Yamaska

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

  1. Luc R. Bouchard D.C. FICC

    Ave,
    Merci pour le beau récit sur Monsieur J.H. Leclerc.
    Un granbyen exceptionnel.
    Je pense que son implication est unique.
    ChiroLuc

  2. Liette Béchard

    Merci pour cette page d’histoire. Nous profiterons du 40e anniversaire pour diffuser cette référence historique et culturelle démontrant l’envergure de l’homme à qui nous devons le nom de notre école.

    Liette Béchard, directrice
    École J.-H.-Leclerc

  3. Denise Forand

    Lorsque nous lisons l’histoire du Québec écrit par les anglophones, jamais ils parlent de la contribution de nos dirigeur francophones, hélas.
    Tandis que vous Mr. Mario Gendron, vous nous informer de nos batisseurs,qu’ils soit Francais ou Anglais. Je vous dit, bravo et merci de nous faire reconnaitre notre implication importante, nous les Francophones de Granby et du Québec.

    Une Patriote qui aime et respecte son héritage parternel de la ville de Granby.

  4. Roberpierre MONNIER

    Je souscris entièrement aux propos de Madame Denis Forand!

    Granby, tout comme la naissance de la ville de Mégantic, toutes deux résultant du refoulement des francophones aux limites externes de l’Estrie, sous la politique quasi-apartheid de la British American Land Company (BALC) de l’époque, sous le règne de la reine Victoria, du roi Georges V et de leur descendance, suite à la défaite de Québec, qu’on connait sous le vocable de « La conquête».
    «Que voulez-vous ?»
    Comme nous le répétait si bien Jean Chrétien: «…Comment les blâmer!
    Ils ne comprenaient pas le frança, Viarge!»
    C’est tout dire!
    Roberpierre Monnier

  5. Luc Berner

    J’ai grandement apprécié cet article, d’autant plus que j’ai moi-même souligné le nom des Leclerc dans mon commentaire sur l’article consacré au passage de Mme Gabrielle Roy à Granby.

    Brosser le portrait de la « pasteurisation » en démontrant ce qu’elle était et l’importance qu’y accorda M. Leclerc s’avère éclairant pour les néophytes. Il faut constamment revenir aux notions de base en sciences. Bravo pour ce petit cours de biologie.

    Excellent article. M. Gendron.

  6. Jean B. Dumoulin

    Mes deux grands frères ont travaillé chez Leclerc. Un des souvenirs les plus drôles qu’ils m’ont raconté concernait une corvée que le contremaître donnait souvent à l’un des deux qui consistait à passer un coup de balai derrière un gros conteneur bourré de résidus sucrés et envahi par les guêpes!!!

    Il lui disait: « Va donc balier les bourdons »!! Mon frère, qui avait une peur bleue de tout ce genre d’insecte piqueur détestait cette tâche! J’en ris encore!!!

  7. Véronique Leclerc

    Excellent article historique qui nous éclaire sur les origines de cet homme d’influence qui a joué un rôle important dans plusieurs domaines. J’enseigne à l’école secondaire J-H-Leclerc. J’ai fait partie, cette année, du comité du Gala Méritas de 5e secondaire. J’ai souligné l’apport particulier de M. Leclerc à travers le texte des animateurs. J’étais fière de travailler sur la thématique du 40e anniversaire de l’école qui m’a donné l’occasion d’en apprendre davantage sur mon arrière-grand-père et, du même coup, mes racines.

  8. Émile Roberge

    Bravo pour l’excellent article!
    Grâce à vous, notre histoire se complète, nous devenons plus sensibles à notre patrimoine et devenons de plus en plus de fiers citoyens.
    Lors du voyage à Paris de Québec-France (Haute-Yamaska), en mai dernier, nous avons été heureux de remettre le bel album de la Société d’Histoire de la Haute-Yamaska GRANBY, PATRIMOINE ET HISTOIRE au Délégué général du Québec à Paris, M. Michel Robitaille, de même qu’au maire adjoint du 6e arrondissement, M. Jean-Charles Bossard et au président de Paris-Québec, M Bernard Émont.
    Nous ne sommes pas des citoyens « sans histoire ».
    Merci.

  9. Karl Pronovost

    Très intéressant, merci de nous mettre accessible l’histoire de notre ville et des bâtisseurs de celle-ci.

Bienvenue à la Société d’histoire de la Haute-Yamaska.

N'hésitez pas à nous transmettre vos commentaires et restez à jour en vous abonnant au flux RSS. RSS feed.

Notre page Facebook

S'abonner à l'infolettre

Catégories