Fonds Ville de Waterloo

V008

Fonds Ville de Waterloo.

– 1867-1974. – 1 plan. – 38 registres.

Histoire administrative :

« Entre 1860 et 1890, Waterloo a connu un âge d’or dont le patrimoine, abondant et varié, fait encore entendre les échos. Cet âge d’or s’enclenche avec l’arrivée du Stanstead, Shefford & Chambly Railroad, en 1861, et le boom industriel, commercial et résidentiel que cette révolution des transports entraîne. En conséquence de ce développement accéléré, la population du village passe de 400 à 2 500 personnes entre l’arrivée du chemin de fer et 1875. Certaines années, rapporte le Waterloo Advertiser, une quarantaine d’édifices sont construits à Waterloo. À la fin des années 1870, on y trouve plusieurs églises de confessionnalités différentes, une cour de justice, un marché, une succursale de l’Eastern Townships Bank, les bureaux de la British American Land, une importante loge maçonnique, sans compter les commerces, les grands hôtels et, surtout, les industries, animatrices de cette croissance. Comme principal centre économique et administratif de toute la région, Waterloo mobilise une classe bourgeoise, principalement d’origine anglo-britannique, constituée d’industriels, de commerçants, d’avocats et de médecins qui n’hésitent pas à construire des résidences à la mesure de leur importance sociale. »1

« Les deux dernières décennies du XIXe siècle voient des réalisations et des progrès dans bien des domaines à Waterloo. Les Canadiens français construisent une nouvelle et somptueuse église, ils ouvrent de nombreux commerces, s’emparent de l’industrie et fondent un hebdomadaire, le Journal de Waterloo. Les services publics se développent avec l’installation de l’aqueduc et de l’électricité et l’extension du réseau téléphonique. Waterloo devient une ville en 1890. Pourtant, on ne sent plus cette vitalité si caractéristique de la période précédente. Car contrairement à Granby et Magog qui prennent avec fougue le deuxième virage industriel, on n’arrive pas à créer à Waterloo de ces grandes usines qui emploient des centaines de travailleurs et qui entraînent avec elles toute l’économie. Aussi, l’augmentation de la population y est plus modeste que dans les deux villes voisines, atteignant seulement 2 192 personnes en 1931. Un renouveau industriel, avec l’établissement de la Mack Moulding et de l’Atlas Plywood, entre autres usines, fera toutefois doubler le nombre des  habitants de Waterloo au cours des 20 années suivantes. »2

(Source : 1- Mario Gendron, Étude du patrimoine rural de la MRC de la Haute-Yamaska, Granby, Société d’histoire de la Haute-Yamaska, 2005, p. 221). 2- Mario Gendron, «Waterloo», La MRC de la Haute-Yamaska : une histoire à découvrir, Granby, Société d’histoire de Shefford, 1993, p. 68. Pour plus d’informations, consulter : Mario Gendron et Richard Racine, Waterloo, 125 ans d’histoire, Granby, Société d’histoire de Shefford, 1992, 124 p.).

Portée et contenu :

Ce fonds d’archives porte sur l’administration de la Ville de Waterloo. Il contient les livres des procès-verbaux, les registres des rôles d’évaluations et de perception, des documents comptables et un plan de la ville de 1929.

Procès-verbaux , 1867-1975

Rôles d’évaluation, 1869-1927

Rôles d’évaluation et de perception, 1929-1941

Rôles de perception, 1869-1937

Rôles de perception (taxe d’eau), 1901-1938

Rapport budgétaire, 1964-1966

Grands livres, 1920, 1933-1940

Livre de paie, 1925-1932

Plan de la ville: Waterloo, July 1929, Canadian Fire Underwriters Ass.

Source immédiate d’acquisition : La convention de dépôt a eu lieu le 12 juin 2001.

Autres documents sur Waterloo :

Fonds d’archives:

Articles:

À l’école Saint-Bernardin…

Carte:

Bienvenue à la Société d’histoire de la Haute-Yamaska.

N'hésitez pas à nous transmettre vos commentaires et restez à jour en vous abonnant au flux RSS. RSS feed.

Notre page Facebook

S'abonner à l'infolettre

Catégories