Groupes yé-yé de chez nous

par Johanne Rochon dans Culture | Pas de commentaire

Aidez-nous à identifier certains groupes yé-yé et leurs membres. Examinez attentivement les photographies de notre document PDF, ci-dessous, et faites connaître vos résultats  par l’intermédiaire de la fenêtre « Commentaires », à la fin de l’article, en prenant bien soin de spécifier le numéro de la photographie.

Les Paladins de Granby

Les Paladins de Granby, au centre François Gingras

Parmi toutes les expressions qui définissent la jeunesse au cours des années 1960, aucune n’est plus distinctive que la musique rock. Si le phénomène est d’essence anglo-saxonne, les Québécois francophones vont rapidement se l’approprier et l’exprimer par une prolifération de groupes yé-yé qui, pour la très grande majorité, se bornent à réinterpréter en français les derniers succès américains ou anglais. Selon François Gingras, membre du groupe granbyen les Paladins, c’est ce genre de musique que les jeunes désirent entendre. À partir de 1962, l’émission Jeunesse d’aujourd’hui donne une impulsion considérable à la carrière de nombre de ces groupes, qu’on évalue à trois ou quatre cents au Québec au milieu de la décennie.  Or aussi soudainement qu’il est apparu, le phénomène yé-yé s’éteint avec les années 1960, pour faire place à des courants musicaux moins spontanés et plus originaux.

Les Index

Les Index (SHHY, fonds Jean Germain)

C’est dans des salles de danse, où ils s’entassent parfois à 600 ou 800, que les adolescents prennent contact avec leurs idoles. Au milieu des années 1960, la jeunesse s’assemble dans les salles des écoles secondaires, au Centre récréatif Saint-Eugène, au Palacio, à la Roue Noire, au Bachelier. Les débordements de la jeunesse n’ont rien pour rassurer les détenteurs traditionnels des bonnes mœurs.  Ainsi, la commission scolaire régionale Meilleur, dont les locaux servent de salles de danse les samedis soirs et dimanches après-midi, prend bien soin de s’assurer de la moralité et du sérieux des organisateurs de ce genre de manifestations.

Les Héritiers

Les Héritiers

Si les groupes de garçons s'affirment surtout sur la

Si les groupes de garçons s’affirment surtout sur la scène locale et régionale, le trio vocal les Ingénues, formé des soeurs Louise et Ginette Boulet et de leur cousine, Colette Hébert, connaît une notoriété d’envergure nationale au cours d’une carrière qui se déroule de 1964 à 1968.

Les Makadams (coll. Jean Germain)

Les Makadams (coll. Jean Germain)

Granby, comme toutes les autres villes d’importance au Québec, donne naissance à plusieurs groupes yé-yé, parmi lesquels une dizaine se démarquent. Presque exclusivement composés de garçons, ces ensembles cherchent à se distinguer par l’originalité de leur costume et de leur nom. Les plus connus sur la scène locale sont les Index, les Makadams, les Héritiers, les Parisiens, les Paladins. Certains groupes trouvés dans nos fonds d’archives de photographes n’ont pas pu être identifié. À vous maintenant de les reconnaître!

Identifier ces groupes yé-yé ou leurs membres PDF

 

P062 Florand Laliberté

P066 Fonds Marcel Côté

Étiquettes : ,

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Bienvenue à la Société d’histoire de la Haute-Yamaska.

N'hésitez pas à nous transmettre vos commentaires et restez à jour en vous abonnant au flux RSS. RSS feed.

Assemblée générale annuelle

Mardi 18 avril 2017, 19 h 30

Notre page Facebook

S'abonner à l'infolettre

Catégories