Au temps de la Nouvelle-France et de la galanterie

par Mario Gendron dans Archives | 4 commentaires

Code militaire ou compilation des règlements et ordonnances de Louis XIV Roy de France et de Navarre, 1709. (Fonds Benoît Pontbriand)

Code militaire ou compilation des règlements et ordonnances de Louis XIV Roy de France et de Navarre, 1709. (Fonds Benoît Pontbriand)

Le plus ancien livre que possède la Société d’histoire de la Haute-Yamaska plonge bien au-delà de l’horizon historique régional, puisqu’il date de 1709, d’une époque où Louis XIV régnait encore en maître sur la France et sur sa colonie canadienne, la Nouvelle-France. Mais plus que par son âge ou son contenu, ce livre se démarque par la nature des inscriptions manuscrites qu’on y trouve, en particulier un mot galant adressé à « Mademoiselle la marquise de Clermont ».

Le livre qui nous intéresse ici porte le titre de Code militaire ou compilation des règlements et ordonnances de Louis XIV Roy de France et de Navarre; son auteur est le baron de Sparre, il compte 603 pages et sa reliure, authentique, est en cuir de veau. La date de publication est inscrite en chiffres romains au bas de la page titre (MDCCIX).

Des inscriptions manuscrites — deux courts textes adressés à la marquise de Clermont, deux attestations de propriété datées et quelques signatures — permettent de mieux connaître la petite histoire de ce livre. Ces informations fragmentaires laissent supposer que c’est en 1732 que le volume serait entré en possession de la marquise de Clermont, et qu’il lui aurait été donné par l’auteur du mot galant qu’on trouve sur la première page de garde. Nous avons retranscrit ce mot tel quel, en en respectant l’orthographe.

Code militaire ou compilation des règlements et ordonnances de Louis XIV Roy de France et de Navarre, 1709. (Fonds Benoît Pontbriand)

(Fonds Benoît Pontbriand)

Mademoiselle Josephte
Il faut enfin que je vous dise
Mais de cœur plutôt que de bouche
Que de toutes les personnes du monde
Vous êtes la seule que j’aime uniquement
Et que j’aimeray toute ma vie
Adieu (mademoiselle) Josepte Marquise de Clermont belle et parfaitte
(non signé).

Sur la dernière page de garde du volume, on trouve une deuxième note, d’une graphie différente et rédigée sur un ton plus formel que la première, donc vraisemblablement par un autre homme. Malheureusement, quelques mots de la partie centrale de cette note sont incompréhensibles.

L’honneur et le respect à
Mademoiselle la Marquise de Clermont
(…)
Une fille de science et gravitté

(Signature illisible)

Peinture | Portrait de Jean-Baptiste Hertel de Rouville (1668-1722) | M966.62.1

Portrait de Jean-Baptiste Hertel de Rouville (1668-1722). (Musée McCord)

Depuis 1745, du moins si l’on se fie aux signatures et aux annotations manuscrites, le livre ferait partie de la bibliothèque du seigneur Jean-Baptiste-François Hertel de Rouville (1709-1773), le fils de Jean-Baptiste Hertel à qui Frontenac avait concédé la seigneurie de Rouville. Comment ce volume a-t-il quitté la France, lieu de résidence probable de la marquise de Clermont, pour se retrouver au Québec, dans la bibliothèque du seigneur de Rouville (il porte le numéro 365 de sa collection), nul ne saurait le dire. Par contre, les circonstances qui ont permis à la Société d’histoire de la Haute-Yamaska d’entrer en possession de ce livre sont bien connues, puisqu’il fait partie d’un lot de volumes provenant de la bibliothèque de Hertel de Rouville qui nous a été donné par l’éminent généalogiste Benoît Pontbriand, aujourd’hui décédé. Ce dernier, qui avait acquis ces volumes dans un marché aux puces, n’a jamais pu retracer leur parcours de la bibliothèque de Hertel de Rouville à la table du vendeur.

Mario Gendron

Étiquettes : ,

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

  1. Vous avez de bien beaux trésors dans vos murs. Je viens d’apprendre d’où vient le nom de Rouville.
    Danie B

  2. Luc Bernier

    Ce galant n’était pas en reste du côté militaire et s’est illustré dans plusieurs batailles, dont celle de Deerfield, au Massachusetts en 1704.
    Il sera engagé dans le developpement de l’Île du Cap Breton et de Port-Toulouse en Acadie.
    Peut-être est-il utile de rappeler que l’actuel Manoir Campbell a d’abord appartenu à ses héritiers.
    Jean-Baptiste-Melchior Hertel de Rouville (1748-1817) est un homme politique canadien, petit-fils de Jean-Baptiste Hertel de Rouville. Il était le député de Bedford de 1792 à 1796 à la chambre d’assemblée du Bas-Canada pour le parti canadien. Il était franc-maçon. [1]
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste-Melchior_Hertel_de_Rouville

  3. Lise Poirier

    Quel trésor ce volume ! Et merci à toi Mario de nous faire connaître cette belle richesse et quelques lignes de son histoire.

  4. luc bernier

    Des Français et des Abénaquis semaient également la terreur en Nouvelle-Angleterre quelques années plut tôt (1689-1690):

    Nouvelle-Angleterre. C’est d’ailleurs durant l’hiver de 1689-1690 que le premier raid français contre la Nouvelle-Angleterre eut lieu en empruntant le chemin de la Chaudière. La première expédition (50 Canadiens et 60 Abénakis) partirent de Québec, sous la conduite de René Robinau de Portneuf, pour attaquer Casco (près de l’actuelle ville de Portland dans le Maine), en passant par les rivières Chaudière et Kennebec. Il fut rejoint par les troupes de François Hertel et de Saint-Castin. Ils firent des prisonniers, pillèrent et brûlèrent les forts ainsi que «toutes les maisons deux lieues à la ronde».

    https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=gmail&attid=0.1&thid=13e5c7bb6b0c41f4&mt=application/pdf&url=https://mail.google.com/mail/?ui%3D2%26ik%3D4a09edc916%26view%3Datt%26th%3D13e5c7bb6b0c41f4%26attid%3D0.1%26disp%3Dsafe%26realattid%3Df_hg5hl5oe0%26zw&sig=AHIEtbQ-YQkhvuWv6TS739MsTCMv27oOUw

    Je cite ce passage par ces même Abénaquis on quitté la rivière La Chaudière pour s’installer à Odanak, près de la rivière Saint-François. Les ancêtre du curé Gill de Granby avaient été enlevés lors de raids semblables en Nouvelle-Angleterre.

    Luc Bernier

Bienvenue à la Société d’histoire de la Haute-Yamaska.

N'hésitez pas à nous transmettre vos commentaires et restez à jour en vous abonnant au flux RSS. RSS feed.

Notre page Facebook

S'abonner à l'infolettre

Catégories